Je suis

0
0
22

Accepter l’abondance, accepter que j’ai froid, accepter que je ne comprends pas que ce n’est pas la tête mais le coeur, accepter que je me concentre sur ce qui manque, accepter de ne pas me sentir correctement connectée, me mettre à écouter, ressentir la colère de ne pas comprendre ce que je dois faire, mais il n’y a rien à faire, envie de nouveauté, attendre laisser la vie me guider, alors que je n’ai rien à faire, mais en même temps j’ai envie de faire, envie que la vie me traverse simplement, désapprendre tout ce qui a été dit, chanter des chansons, chanter avec passion laisser couler l’énergie d’amour en moi, comment aider simplement à laisser passer l’amour, je commence par quoi, dit moi que je t’écoute, nous sommes liées d’où viennent mes pensées, je passe mon temps à chercher quoi faire, je me sens en conflit avec mon père, car ma tête passe en travers du coeur c’est ce qui me met mal, n’écouter que le coeur, ai je envie d’être en compagnie d’aurélie toute ma vie, j’ai envie d’être en sa compagnie pour m’ouvrir sur le monde, une générosité, j’ai envie de donner, donner aux autres, donner à l’autre, me tourner vers les autres et l’écrire me fait du bien, j’ai envie de donner ce que je sais, ce que je connais, ce que je ressens, ce que j’apprends, ce que j’entends, ce que je touche, ce que je comprends, par quoi puis-je commencer ? Cela commence par ton voisinage, comment peux tu offrir tes services, ton amour à ton environnement proche, ton voisinage, à tes voisins de pallier, que veux tu donner ? Des conversations, des fleurs ? des paroles ? de l’amour ? comment peux tu t’ancrer ? veux tu bien t’intéresser, questionner, observer ce qu’il se passe juste à côté de chez toi marion ? Comment peux tu le faire ? met ton attention et ta présence sur ce qui est autour de toi, ce qui vit autour de toi, ton espace de vie, sur la vie qui se déroule à tes pieds, met de la présence, la constance de ta présence, soit présence à ce que tu fais. Comment laisser couler ta voix, comment cesser d’écouter le mental, comment me sentir en paix, pleine, remplie à l’intérieur, gonflée d’amour et de joie : en donnant. Marion, tu vas te sentir bien si tu donnes. C’est vraiment la clé, de donner aux autres. Donne plutôt que prendre. Quand tu donnes tu reçois. Cause et effet ne font qu’un. Offre ta musique, offre tes mots, offre des conseils, offre de l’humour, offre ta créativité, offre tes dessins, offre tes vidéos, offre qui tu es, redonner, redonner, redonner, redonner. Marion, c’est ce qui te met en joie, de donner. Donne des chansons, donne de l’amour, donne des présents, donne de l’attention, donne de l’écoute. Le succès ? Le succès dans le fait de faire croitre l’amour autour de toi. Comment par doucement savoir comment diffuser l’amour autour de toi. Et qu’est ce qui t’empêche de donner ? Ce qui t’empêche c’est la peur. Tu as peur de ne pas être libre, mais donner te libère. Tu as peur de t’engager mais t’engager te libère. Tu as peur de te tromper, mais te tromper te libère car seulement alors tu peux rectifier le tir. Tu n’as pas le choix que d’y aller, que de donner ce que tu sais. Tu as envie depuis longtemps de faire des vidéos inspirantes, qui exprimes, qui parlent. Diffuse la voix de dieu, la tienne qui coule à travers toi et qui est toi dans la forme, laisse toi aller à dire ce que tu sais, donne Marion. Quand tu me laisses te parler, quand tu te mets à recevoir, à écouter, quand tu entends ma voix, tu te remplies, tu sens là que tu te sens bien. Tu as froid, tu prendras une douche mais cette douche est un don. Tu reçois des cadeaux à chaque instant, quand tu écris tu donnes et tu reçois en même temps. Tu donnes avec ma voix invisible et tu reçois en te lisant directement, tu te touches toi même. Tu ne reçois que des dons, car tu reçois le don de recevoir par tes sens, mais le coeur, la joie d’offrir, à peine donné que tu reçois, ainsi si tu veux recevoir donne, si tu veux recevoir donne. Je suis en train de réfléchir, par quoi commencer, le voisinage. Comment veux tu offrir, en étant présence à ton voisinage. Il me vient la peur, je ne sais pas quoi faire. Il suffit d’être présente à ton voisinage. Trouve les occasions de donner, d’offrir, du temps, d’une présence, un sourire. Tu t’enfermes en cherchant la voie exacte pour donner, mais tout est un prétexte pour donner et pour t’offrir. Tout est un moyen de réception. tu es le canal dans la forme par lequel tu peux exprimer l’amour que tu es déjà mais qu’on peut devenir encore et encore en expansion. Aider les autres, cela ne veut rien dire. Donner un peu de qui tu es, cela veut dire beaucoup plus de choses. Car tu permets à l’autre de te donner. Quand tu donnes de ta présence, tu permets à l’autre de te donner. Permets à l’autre de te donner. Ne pose pas de condition à la façon dont on te donne. Oui, ton papa, il fut un temps, c’est terminé. Il fut un temps où on ne réalise pas notre pouvoir et qui ont est. Le temps de l’apprentissage est fini. Oui mais je dois donner ce qui me fait plaisir. Tu dois donner ce que tu désires donner, c’est un désir qui vient du coeur. Tu ne peux rien donner si cela ne vient pas d’un coeur aimant, gonflé qui donne de la façon dont il a envie. Donner et recevoir ne font qu’un. Tu t’attends à recevoir l’abondance matériellement, mais c’est sa dernière représentation. Quand on donne, on reçoit instantanément. Tu reçois ce que tu donnes instantanément. J’aimerai te dire également combien parfois tu prends au sérieux certaines injonctions des gens que tu aimes alors que pourtant ils veulent ton bienn il te disent t’observe d’une manière extérieur et voient les engrenage dans lesquels tu tombes qui t’éloignent du coeur, écoute mon aide, je suis partout, dans les mots des autres, dans la pluie, dans le soleil, dans le chant des oiseaux, dans les ruisseaux, prend ce que l’on te donne, accepte de recevoir ton héritage. Tu es Dieu, je suis Dieu encore et encore en train de se recréé à chaque fois, tu es Dieu mais tu n’exploitent pas les capacités de Dieu quand tu essayes de t’en tirer personnellement. Comment ne pas le faire ? Tu te mets à imaginer avec la tête quel chemin tu emprunteras pour y arriver au lieu d’écouter, de recevoir. Tu sais ce que tu as déjà vu. Ecoute ma voix, elle te guide. Comment puis-je mieux entendre ta voix. Tais toi. Tais le tu. Accepte et écris, laisse le flot aller. Tu as cette douleur entre tes jambes, que veux t’elle dire ? Elle veut dire que tu ne prend pas soin de toi, tu te rejettes, tu ne t’aimes pas, tu ne laisses pas l’amour que tu es couler en toi, tu ne veux pas te voir tel que tu es, tu te hais, tu veux être autre chose, tu veux constamment une autre vie, tu n’acceptes pas, tu ne t’acceptes pas pleinement dans ce que tu es, tu te rejette, tu te regardes, tu t’efforces de devenir, tu veux changer quelque chose en toi à chaque instant, tu n’es jamais assise sur toi même, sur le constat de toi même avec acceptation. Ce que je te dis est une grande leçon. Accepte ton moi de l’instant, lache prise sur ce que tu devrais être, sur ce que tu rêves d’être, reviens ici, qu’est ce que tu aimes chez toi ici et maintenant, qu’est ce qui te ferait plaisir, oublie toi, oublie la personnification de ton caractère, oublie de t’améliorer, de devenir meilleur, oublie tout ce qui entrave la connexion avec ce qui est, ce qui te fait plaisir de faire ici et maintenant. Tu as oublié ton propre plaisir, la propre joie d’être toi dans l’instant. Tu n’as jamais joui d’être toi dans l’instant. Tu ne ressens pas d’amour pour toi. Tu ne connais pas le sentiment d’amour de soi. Comment puis-je ressentir de l’amour pour moi ? Tu cherches une méthode, tu cherches encore à travailler pour t’aimer. Tu as déjà tant fait, gravi tant d’échelons, tant de montagne, tant de défi pour atteindre quelque chose, pour te prouver que tu vaux le coup, pour te prouver que tu es digne, cela ne finira jamais ? Aime ce que tu es maintenant. Tu ressens ?Tu sens ton coeur ? Ton esprit séparé ne sait pas aimer. Ton coeur aime, et ton coeur qui aime c’est toi. Tu es déjà amour, tu es déjà cette énergie d’amour. Tu ne me laisses pas, tu ne laisses pas le divin couler en toi car tu obstrues par la croyance qui te faut être autre chose, mieux, atteindre tel objectif pour t’aimer. Et puisque tu entraves par la croyance que plus tard tu pourras être aimée quand toi tu t’aimeras, tu empêches les autres de t’envoyer leur amour, pire, tu n’acceptes pas de recevoir l’amour des autres, ils ne peuvent pas prendre soin de toi, ils ne peuvent t’atteindre, tu ne peux entrer en résonance avec eux puis que tu es entrée dans une compétition, la compétition de ta vie. Quand je serai célèbre, quand je serai sur scène, quand je serai à la tête d’un travail, quand j’aurai réalisé un documentaire, je pourrai être aimée car toi même tu ne t’aimeras que quand tu auras réalisé quelque chose qui te redonne de l’estime pour toi même. As-tu conscience de l’amour que tu es déjà ? Te souviens tu du petit bébé que tu es ? Te souviens tu quand tu jouais avec tes copains ? Réalise tu combien tu es amour ? Tu peux établir la liste de tout ce que tu as fait pour prouver l’amour que tu es. Est-ce que tout cela a été donné avec sincérité ? Tu as donné au delà. Mais il y a bien longtemps que tu essayes de gravir pour obtenir l’amour. L’école t’a appris à le faire. Tu as appris à prouver. Tu as emprunté une autre voix que celle de toi même. Vers quoi es tu toi même appelée ? Tu ne sais pas. D’abord tu dois gravir à l’extérieur de toi, pour recevoir assez d’amour pour survivre, pour avoir des raisons de survivre, tu en es rendu à n’envoyer des nouvelles à tes parents que quand tu as réalisé quelque chose, que quand tu as des raisons, tu n’envoies des nouvelles à tes parents que quand ils aimeront ce que tu fais, car il n’y a que comme ça que tu pourras obtenir l’amour. Tu attends d’avoir des bons points. Tu attends d’avoir des bonnes notes pour envoyer des nouvelles à tes parents. Tu n’acceptes pas toute cette partie sombre chez toi, cette partie que tu n’aimes pas, cette partie qui échoue, cette partie en colère, cette partie que tu fais taire. Tu es une jeune fille de 26 ans, une simple jeune fille de 26 ans, tu as été à l’école et tu as eu ton bac. Tu as fait des hautes études et c’était difficile mais tu as fait pour qu’on te laisse tranquille, tu es partie vivre loin, tu as fait de grand voyage pour respirer, tu as appris à filmer. Qu’est ce qu’il va rester de ta vie ? Tu sais tu es à la fois immense, à la fois pas grande chose. Tu peux prendre soin de la cellule d’amour que tu es ici et maintenant. C’est si absurde de dire : j’attends que l’arbre soit grand pour l’aimer. J’attends d’avoir fait de bons fruits, de belles pomme de pin pour m’aimer moi même. Mais c’est justement en t’aimer que tu peux pousser. L’amour pour toi dans l’instant, à chaque instant, c’est ta propre sève. Comment veux tu grandir ? Comment veux tu croitre sans l’amour pour toi. Tu veux avoir réalisé quelque chose pour quelqu’un avant d’estimer recevoir de l’amour. Tu veux d’abord avoir un bon métier pour reparler à tes parents. A qui veux tu plaire ? A quoi veut tu correspondre pour accepter de recevoir. Tu veux devenir quelqu’un d’autres pour accepter qui tu es. Comment ressentir de l’amour pour toi même ? Est-ce que tu te regardes en train de faire des courses ? Est-ce que tu t’attendrie ? Est-ce que quand tu cuisines tu te trouves belle à le faire ? Est-ce que tu te prends en photo ? Tu as honte. Tu ressens de la honte. Est-ce que tu te trouves belle quand tu écris de la musique ? Tu t’aimes lorsque tu chantes des chansons ? Est-ce que tu es attendrie pour ton petit ventre ? Est-ce que lorsque tu as des petits boutons, tu prends soin de chacun d’eux comme une mère le ferait pour ton enfant ? Est-ce que toi même tu te regardes comme une cellule d’amour faisant partie de ce tout. Est-ce que tu peux ressentir de la tendresse ? Tu es une âme pensante qui n’a pas conscience de la beauté qu’elle est. Tu ne prends conscience que des manquements. Tu te fais disparaitre et te compare, te regarde vivre dans les yeux des autres. Tu as laissé une personne te dire l’amour que tu es : Aurélie.

Aurélie te dit l’amour que tu es, elle dit qu’elle veut vivre avec toi et toi tu rejettes, tu rejettes de voir dans ses yeux l’amour que tu es. Souvent tu as ces pensées. « Après toutes mes colères, tout mes mots durs, comment est-ce possible qu’elle reste ? « 

Pourquoi toi même tu restes avec toi même ? Tu n’as pas le choix. Tu as le choix de la manière dont tu restes avec toi même. Veux tu être en ta présence avec amour ? ou veux tu voir tout tes manquements à nouveau ?

Selon toi, que te manque t’il ? Un corps musclé / plein d’amis avec qui je rigole / offrir mes services, dons / être en accord et proche de ma famille / une belle maison avec un chien / de l’argent / un sentiment de joie, de calme, d’amour, de plénitude.

Tu viens de dire que selon toi tu manques d’amour avant de ressentir de l’amour. C’est comme dire : je m’aimerai quand je m’aimerai. Comment veux tu créer cela.

Je m’aime et parce que je m’aime.

Je suis amour et parce que je suis amour.

Je suis amour et je suis amour.

Je suis.

  • yoooolooo

    Je suis triste ce soir, je suis fatiguée, je sens que je ne ressens pas l’amour dans…
  • Dormir

    Je suis très fatiguée c’est vrai, je suis à peine rentrée, je dois dormir beaucoup p…
  • Per averti

    C’est beau, de faire l’amour, de sentir le désir de son opposé et d’avoi…
Charger d'autres articles liés
  • yoooolooo

    Je suis triste ce soir, je suis fatiguée, je sens que je ne ressens pas l’amour dans…
  • Dormir

    Je suis très fatiguée c’est vrai, je suis à peine rentrée, je dois dormir beaucoup p…
  • Per averti

    C’est beau, de faire l’amour, de sentir le désir de son opposé et d’avoi…
Charger d'autres écrits par ocima
  • yoooolooo

    Je suis triste ce soir, je suis fatiguée, je sens que je ne ressens pas l’amour dans…
  • Dormir

    Je suis très fatiguée c’est vrai, je suis à peine rentrée, je dois dormir beaucoup p…
  • Per averti

    C’est beau, de faire l’amour, de sentir le désir de son opposé et d’avoi…
Charger d'autres écrits dans Non classé

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Dormir

Je suis très fatiguée c’est vrai, je suis à peine rentrée, je dois dormir beaucoup p…